Movie in theatres and TV, on notreCinema
Movies and stars images

My cinema
9
Movies release datesNews on movies and starsMovie trailersClassical moviesBio and Filmo of starsHomecinema : blu-ray and DVDWallpapersSeries and TvCoversYour space
2
Download and streamingContests and games
My account / Connect 
Rechercher un film : Tous les films
News RSS 

Ce soir à la TV : soirée Julien Duvivier sur Arte


ARTE, qui nous régale depuis quelques semaines avec une programmation cinéma tout à fait remarquable, poursuit son cycle consacré à Julien DUVIVIER, après "Voici le temps des assassins" et "Marie-Octobre", en programmant ce soir deux films majeurs de sa filmographie, "La Belle Equipe" et "La Fin du Jour", tous deux co-écrits et dialogués par le grand Charles SPAAK, présentés dans de superbes versions restaurées.

Cinéaste majeur de l'avant-guerre, metteur en scène de films "d'hommes", noirs, pessimistes, voire misanthropes, et souvent misogynes, victime de la chasse aux sorcières instaurée par les jeunes loups de la Nouvelle Vague, Duvivier mérite de voir son cinéma, aujourd'hui un peu injustement oublié, redécouvert et restauré à la place qui lui revient dans l'histoire du cinéma.

Revoir La Belle équipe (1936), c'est appréhender tout l'esprit du Front Populaire qui traverse ce film avec sa douce utopie de l'aventure collectiviste d'une bande de copains (Jean Gabin, Charles Vanel, Aimos, Charles Dorat, Raphaël Médina) qui décident d'ouvrir une guinguette, qui durera le temps d'une saison sur les bords de la Marne, où Jean Gabin entonne "Quand on s'promène au bord de l'eau".

La Fin du jour (1938) nous entraîne dans l'enceinte d'un hospice où de vieux comédiens oubliés et nécessiteux (Michel Simon, Louis Jouvet, Victor Francen), confondant parfois vie et scène, cabotinent une dernière fois avant l'extinction des feux de la rampe.

Une soirée à ne pas manquer.



Ce soir à la TV : soirée Julien Duvivier sur Arte
 Lu 122012 fois - Date 16/10/2016 
News de : byrd2
     tweet  

Films classiques Westerns Comédies musicales
Horreur / Fantastique


La Piste de Santa Fe  

La tension brûle entre Errol Flynn, Michael Curtiz, et Olivia de Havilland dont cette dernière en a plus assez de jouer les baudruches au côté de Flynn lequel trouvait un malin plaisir de lui faire des blagues douteuses parfois à connotation sexuelle. cette Dernière qu'il n'aimait pas le bel Errol tout comme sa meilleure amie Bette Davis n'était pas tombée dans le piège de ce grand séducteur par rapport à sa propre sœur Joan Fontaine. Si la température sur le plateau entre les deux acteurs était tiède,rien allez plus avec l'acteur principal et le metteur en scène duquel Errol Flynn en avait assez de son côté sérieux, il trouvait Curtiz amer et un type qu'il n'aimait pas l'humour.
la piste de Santa Fé est la onzième collaboration et l’avant-dernier film du duo infernal Curtiz/Flynn (leur dernier est un film de guerre),et l'avant-dernier film du couple hollywoodien préfabriqué par Jack Warner, Olivia va jouer une dernière fois au côté du bel Errol dans l'extraordinaire western avec son nouveau copain de beuverie,Raoul Walsh, Ils moururent avec leurs bottes,(La Charge fantastique (1941)) désolé ,je n'arrive pas à m'y faire avec ce titre ridicule français,je préfère la traduction mot à mot en anglais.

la piste de Santa Fè est un western de propagande qui avait eu à sa sortie aux states comme tous les films d'action de Curtiz/Flynn avant-guerre un gros succès, mais au fil du temps ce film fut rejeté,puis accédé dans le domaine tout publique depuis 1968. Car les producteurs n'ont pas voulus renouveler les droit d'auteur (il ne sortira jamais en blu Ray),à cause d'un scènario trop formaté lequel ne rendit pas sympathique le personnage antiesclavagiste John Brown qui a vraiment existé. L'action se déroule en 1 859 avant les évènements dramatiques auxquels va conduire le plus grand conflit américain dans une guerre civile entre le Nord et le sud de 1 861 à 1 865.

Dans son western de propagande, Michael Curtiz avait représenté un John Brown comme le nouveau visage d'Hitler et ses hommes comme des nazis, un homme cruel sans fois,ni loi, conduisant son peuple à la folie,un meurtrier prêt à exécuter ses propres compatriotes blancs et nègres(à l'époque ont les appelés comme cela)lesquels n'étaient pas d'accord avec sa politique . La réalité est tout autre chose,John Brown était un abolitionniste ,un anti esclavagiste et un révolutionnaire humain qui a été condamné injustement à la pendaison pour avoir voulu aider le peuple noir du Sud à retrouver leur liberté. Ce western ne lui rend pas justice,mais en plus Curtiz auquel je ne lui rend pas grief pour avoir réalisé ses deux chefs-d’œuvre avec Flynn, l'Aigle des mers et La charge de la Brigade Légère, même si ce dernier galvaudait avec l'histoire en passant de la réalité à la légende , le cinéaste mélangeait des personnages qui ont réellement existé. Pourtant, certains comme Custer et Stuart ne ce sont jamais rencontrés dans la réalité, malgré que tous les deux fussent étudiants officiers militaire à West Point,mais pas à la même époque. En revanche le Général Lee était le directeur de la West Point ou fut l'élève gradé Jeb Stuart.

Il reste tout de même quelques bonnes qualités comme celle de la meilleure scène, l'attaque de Jeb Stuart contre le siège de John Brown.

Errol Flynn en héros de valeur est toujours impeccable, tandis qu'Olivia apporte de la fraicheur, mais son rôle est assez limité. Il reste quelques bons seconds rôles, Alan Hale,le partenaire de Flynn dans de nombreux films est toujours jovials, Van Heflin est bon en renégat,ainsi que Raymond Massey volant quasiment la vedette aux protagonistes , par contre Ronald Reagan est largement à l'aise en politique que dans celui d'acteur,son rôle de Custer n'est pas renversant.


image de La Piste de Santa Fe

 Lu 66 fois Avis de : jamesbond   tous les avis    Votre avis   Répondre      



Au-delà des grilles  

Voici l'un des premiers films que je vois avec Jean GABIN de l'après Gueule d amour (1937) mais bien avant ses rôles de patriarche. Je sais que ce fut une période "noire" pour lui, néanmoins j'aime ce rôle où il nous prouve qu'il n'a rien perdu de son talent. Et puis, ça se passe en Italie où l'on nous montre le coté négatif de la "Dolce Vita" que vivent la plupart des italiens en cette période et ça, ça m'interpelle...
image de Au-delà des grilles

 Lu 45 fois Avis de : FREDCLOCLO   tous les avis    Votre avis   Répondre      



Crésus  

"Riche comme Crésus", une expression qui est bien en rapport avec ce film, mais on pourrait aussi lui attribuer celle-ci : "L'argent ne fait pas le bonheur" car c'est exactement de cela qui l'en est question dans ce film avec l'inoubliable FERNANDEL entouré de bien des comédiens qui ont fait les beaux jours de ce cinéma "paysan" tels que RELLYS, SYLVIE et même le "jeune" Paul PRÉBOIST.
image de Crésus

 Lu 50 fois Avis de : FREDCLOCLO   tous les avis    Votre avis   Répondre      



Opération dans le Pacifique  

Opération dans le pacifique est un petit film de guerre avec John WAYNE, qui il faut le dire, demeure assez convenu. La mise en scène est là. San relief. On aurait aimé, un grand réalisateur dans la trempe de Howard Hawks, mais probablement qu'il n'y en avait pas de disponible à ce moment là... Qui était donc ce Georges Wagner. Visiblement aucun lien de parenté avec Robert (et pas non plus avec Richard...). Il réalisa un certain Tanger, qui ne pas semble être lié avec Mission à Tanger avec Raymond Rouleau. Outre ce film anecdotique, sa filmographie nous proposes quelques westerns, La vallée maudite avec Randolph Scott, Le bagarreur du Kentucky ou encore L'indien blanc avec Georges Montgomery. Bref passons. Sa mise en scène manque donc de relief, de piment, mais n'est pas désagréable pour autant, loin de là. Le scénario parfois creux comble ses lacunes avec une histoire d'amour attendrissante mais encore une fois sans surprise. Reste donc John WAYNE fidèle à lui-même, fidèle au poste, qui maîtrise ce genre de rôle avec un grand brio. Il n'est pas ici dans un rôle cérébral. Il fait du John WAYNE, et ce qu'il soit en pleine forme ou bien blessé à l'épaule... A ses côtés Patricia Neal tiens la route. On la vit dans de nombreux films dont Diamant sur canapé avec Audrey Hepburn ou encore dans Passeur d'hommes avec Anthony Quinn. Notons la présence de Ward Bond, un fidèle parmi les fidèles de John WAYNE... En conclusion Opération dans le pacifique est à voir un soir d'ennui...
image de Opération dans le Pacifique

 Lu 65 fois Avis de : michel03   tous les avis    Votre avis   Répondre      



Capitaine sans peur  

Film vu sur Arte. Capitaine sans peur est un film d'aventure tout à fait remarquable. Il est mis en scène par le grand Raoul Walsh. L'homme, évidement sait tout faire, il excelle dans le western, est très fin dans le film de guerre et s'impose même parfois dans la comédie. Le film d'aventure n'est peut-être pas le genre où l'on trouve ses films les plus grandioses, mais ne parlons pas trop vite. En effet, Le monde lui appartient avec Gregory Peck ou Barbe noir le pirate avec Robert Newton sont des films passionnants... Dans Capitaine sans peur, il construit un agréable moment de divertissent avec drame, humour et scène d'action impressionnante, Hollywood dans sa beauté et sa démesure qui nous redonne un cœur d'enfant, s'offre souvent à nous au cour des impressionnantes séquences de combats entre navires et scènes d'abordages. Le scénario lui se retrouve parfois en face de ses propres limites lors de quelques longueurs que des monteurs plus habiles auraient pu élaguer sans problèmes. Comment ne pas complimenter les acteurs de très haut niveau? Gregory Peck demeure le visage que l'on associe au film. Son exceptionnelle interprétation ne peut que nous faire regretter, le temps des grandes vedettes. Virginia Mayo, éblouissante, elle de même reste associer au film et nous n'avons pas à nous en plaindre. Belle composition de sa part. Lors d'un duel à l'épée, Christopher Lee apparaît bien jeune. Ce film qui adapte deux romans, basés sur des faits réelles ayant eu lieu au moment des guerres napoléoniennes. Parlons pour finir du Technicolor qui on ne le dira jamais assez, jouait un rôle capital dans ce genre de film, en sublimant des paysages et des décors formidable, pour rendre notre rêve, résolument complet...
image de Capitaine sans peur

 Lu 63 fois Avis de : michel03   tous les avis    Votre avis   Répondre      



100 000 Dollars pour Ringo  

Comme souvent dans les westerns spaghetti, le scénario commence violemment. C'est le cas ici lors de la première scène où une bande d'indiens poursuit une femme qui abandonne son bébé porté sur son cheval. Un mystérieux homme vient à son secours et massacre la bande de peaux-rouges avec sa winchester. Dans la seconde scène, un important groupe de cowboys se lance à l'assaut d'un camp indien et décime toute la tribu ou presque… Je passe sur les détails afin de ménager le suspense… Et l'on retombe sur le sempiternel héros solitaire incarné par Richard Harrison qui a tourné un nombre impressionnant de films, essentiellement des séries B ou Z…
Tout aussi fréquemment, le script est fade, banal, voire indigent, les acteurs manquent de conviction et les séquences de violence s'enchaînent comme à Gravelotte sur un tissu d'invraisemblances qui prêtent parfois à sourire tellement ça en devient ridicule. Même les indiens vous laissent incrédules tant ils sont insignifiants.
Mais il est une tradition dans les westerns italo-espagnols, le ridicule ne tue pas … le spectateur. Il le lasse généralement, et c'est l'impression que donne cette intrigue confuse qui ne génère que peu d'intérêt. Il existe des spaghettis intéressants mais là, il faut s'accrocher pour y croire. Les scènes d'action sont ratées et la caméra semble tenue par un débutant tellement ça en devient affligeant. Quant aux revolvers, ce ne sont pas des barillets qu'ils contiennent mais des bandes de mitrailleuses car ils ne se vident jamais ! Bah, c'est aussi habituel dans ce genre de production consternante.
Et que dire des dialogues. Exemple : "Comment fait-on sans chevaux ?" – Réponse : "Va en chercher d'autres"… Il fallait la trouver celle-là ! Allez, petite consolation, Fernando Sancho, un habitué de ces sous-productions, apparaît pour une fois du bon côté dans un rôle de simili chasseur de primes.
Au demeurant, on a hâte que ça se termine… rapidement car plus l'histoire se déroule, plus elle sombre dans le saugrenu, jusqu'au titre car il n'y a pas plus de Ringo dans le film que de perles dans une moule.
image de 100 000 Dollars pour Ringo

 Lu 117 fois Avis de : Sinefil44   tous les avis    Votre avis   Répondre      



La Charge de la brigade légère  

Peu importe si la vérité historique est bafouée,mais il fut jadis des grands cinéastes de l'Âge d'Or de Hollywood parmi lesquels savait introduire à travers l'histoire ,utilisaient des faits historique pour façonner la légende.
La grammaire cinématographique est un art aujourd'hui que beaucoup de cinéastes ont tendance un peu d'oublier les bases:savoir réaliser un style tout en faisant une mise en scène narrative.
Le cinéaste légendaire Michael Curtiz fut sans doute l'un des plus créatif metteur en scène,l'un des nombreux maîtres des films d'action,mais également celui qui a le mieux compris le publique en lui offrant pour son argent le plus beau spectacle cinématographique.

le film, La charge de la Brigade Légère est l'un de mes films préférés de Michael Curtiz,certes,il galvaudait les faits historiques,certains événement n'ont jamais existé,comme celui du massacre d'innocents femmes et enfants dans un fort à l’extérieur par un monstrueux tirant sous un maquillage grossier: le Fort Chukoti est un mensonge hollywoodien,mais dirigé par un excellent travail du maître d'oeuvre Curtiz,une pure invention pour donner plus d'intensité au film.
Si le film est un chef-d'oeuvre, le dernier quart d'heure est un morceau d’anthologie à vous couper le souffle,le seul passage historique,la fameuse charge des cavaliers de l'Empire Britannique contre l'armée ottomane,l'un des plus beau tableau de la Guerre de Crimée ,avec sa célèbre bataille, celle de la Vallée de Baklava qui a eu lieu en 1 854 auquel le poète Tennyson rendit hommage aux 600 000 cavaliers tués à cause d'un ordre qu'il n'aurait jamais dû être exécuté.

Un grand film excellent, spectaculaire et inventif.

La version de Tony Richarson est corrosive et basée sur la réalité historique de la bataille de Baklava en Crimée, quant à celle de Michael Curtiz est légendaire.

image de La Charge de la brigade légère

 Lu 204 fois Avis de : jamesbond   tous les avis    Votre avis   Répondre      



Trois bébés sur les bras  

Quelle partie de plaisir avec cette excellente comédie avec l'inégalable Jerry LEWIS (et dire qu'il a toujours eu plus de succès en Europe qu'en Amérique ??), mais je n'oublie pas non plus les co-vedettes qui m'ont le plus amusés : Salvatore BACCALONI et la débutante Connie STEVENS.
image de Trois bébés sur les bras

 Lu 208 fois Avis de : FREDCLOCLO   tous les avis    Votre avis   Répondre      





Participez au
forum

Westerns




Legals© 2000-2017 Links   Google+

Jurassic World Jurassic World
Jurassic World
télécharger Sex tape en streaming
Sex tape
télécharger Frozen en streaming
Frozen
Star Wars : The Force Awakens Star Wars : The Force Awakens
Star Wars : The Force Awakens
La La Land La La Land
La La Land
Justice League Justice League
Justice League
Guardians of the Galaxy Vol. 2 Guardians of the Galaxy Vol. 2
Guardians of the Galaxy Vol. 2
Alien Covenant Alien Covenant
Alien Covenant
Transformers: The Last Knight Transformers: The Last Knight
Transformers: The Last Knight